!-- Global site tag (gtag.js) - Google Ads: 942547557 -->

Vélo, une piste pour le monde d’après confinement

Le monde d'apres

Une piste pour le monde après confinement


La date annoncée du déconfinement approche à grands pas. Vous allez de nouveau pouvoir sortir de chez vous et vous déplacer. Cependant, rien ne sera comme avant. Les gestes barrières devront être maintenus, ainsi que la distanciation sociale. Dans ces conditions, le vélo s’avère la meilleure solution pour vos déplacements après confinement. Découvrez 3 raisons d’enfourcher votre deux-roues dès le 11 mai !

Le respect des distances de sécurité


La fin du confinement ne signifie pas pour autant que la vie recommencera comme avant. Il faudra du temps et de la patience pour un retour à la normale. Chacun devra donc faire des efforts pour éviter une seconde vague de coronavirus. Pour limiter les risques de contamination, il est important de respecter les gestes barrières, dont la liste se trouve sur le site internet du gouvernement. Mais aussi la distanciation sociale recommandée par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), soit un mètre entre chaque individu. Difficile de laisser un tel espace dans les transports en commun, d’autant plus aux heures de pointe, même si le gouvernement a recommandé aux patrons d’appliquer des horaires décalés. Le vélo urbain semble alors être la solution idéale pour vous déplacer en respectant les distances de sécurité. Seul, perché sur votre bicycle, vous traversez la ville sans entrer en contact rapproché avec d’autres personnes. Pas besoin de toucher les barres du métro, ni de dégainer votre gel hydroalcoolique à tout bout de champ. Aucun risque, non plus, qu’un autre cycliste vous postillonne à la figure. Rappelons également que dans de nombreuses villes, notamment à Paris, la circulation des trains, bus et métros va être considérablement réduite. En plus de risquer de vous retrouver collé à vos voisins de siège, vous serez également en retard au travail. Pas terrible, pour une reprise. Avec le vélo, pas d’embouteillages, pas d’attente interminable. Vous filez à votre rythme sur la piste cyclable, et vous voilà arrivé à destination sans délai.

Une occasion de faire du sport au grand air


Le confinement a duré presque deux mois. Deux mois à être enfermé chez vous, sans pouvoir sortir, ni profiter du grand air ou des rayons du soleil. C’est un fait : cet isolement a eu des effets dramatiques sur le moral. Anxiété, ennui, humeur dépressive… L’équilibre psychique a été mis à rude épreuve. Il est donc grand temps de sortir vous remonter le moral. Par là, nous entendons pédaler dans les rues de votre ville. Et pour cause, respirer un grand bol d’air frais à vélo aide à réduire le stress, atténuer les symptômes de la dépression et réguler les cycles de sommeil. Exactement ce qu’il vous fallait ! En effet, il serait dommage de ne pas profiter enfin de l’extérieur dont nous avons tous tant rêvé au cours des dernières semaines. Pourquoi s’enfermer dans un métro sombre et bondé ? Ou dans une voiture exiguë ? D’autant qu’à force de rester confiné à domicile, votre cardio n’est plus entraîné, vos muscles fondent et laissent place à quelques kilos en trop. Ça tombe plutôt mal, juste avant l’été… Le vélo, en plus d’agir sur votre moral, est l’allié idéal pour reprendre une activité physique en douceur et vous refaire une santé – et une beauté – dès la fin du confinement. Que vous alliez au travail à vélo ou que vous fassiez simplement une petite balade familiale, le deux-roues vous aide à rester en forme. Pédaler fait travailler votre souffle et votre rythme cardiaque, et contribue également à diminuer les problèmes de tension artérielle. Vous êtes gainé, les muscles de vos jambes s’affinent et se renforcent.

Prenons soin de notre planète


Les photographies de la nature qui reprend le dessus ont fleuri un peu partout sur les réseaux sociaux. On y voit l’eau de Venise transparente et propre, des animaux qui s’approchent des villes ou qui vont sur les plages abandonnées des touristes… Mais on y remarque surtout que l’air est plus clair, en particulier au-dessus des grandes métropoles françaises ou mondiales. Des études, comme celle qu’Atmo France a réalisée, ont démontré que la brusque cessation de toutes nos activités a eu un impact favorable sur notre environnement. Certaines villes comme Nantes ont même vu leur pollution atmosphérique diminuer de 75 %. Un point très positif au regard des problématiques environnementales auxquelles nous sommes confrontés depuis plusieurs années. Et si la nature nous envoyait un message ? Dès que nous nous absentons, elle reprend ses droits. C’est peut-être l’occasion rêvée d’avoir une véritable prise de conscience écologique et de changer nos habitudes de vie et de consommation. Saisissons cette opportunité d’agir pour l’environnement. Il serait dommage de reproduire exactement les mêmes erreurs qu’avant le confinement, n’est-ce pas ? Pour continuer sur cette lancée et ne pas voir la jauge de pollution crever le plafond une nouvelle fois, utilisez un vélo de route pour vos trajets. Cette décision ne vous engage pas à grand-chose, mais à votre échelle, vous contribuerez à faire en sorte que les effets du confinement sur l’atmosphère ne disparaissent pas en un claquement de doigts. En effet, le vélo est de loin le transport le plus écologique, en comparaison avec les voitures, les motos, les scooters ou les autres moyens de transport. Avec la bicyclette traditionnelle, pas besoin d’essence, ni d’électricité. En conséquence, quand vous l’utilisez, elle ne rejette aucun CO2 dans l’air.

Se déplacer en vélo après le confinement


Vous l’aurez compris, la pratique du vélo après le confinement ne présente que des bénéfices, à la fois pour vous, mais également pour les autres. La place du vélo est entièrement repensée et le deux-roues se présente comme LA solution de déplacement pour le monde d’après. Soyez responsable en évitant les lieux de rassemblement et profitez d’être en extérieur pour retrouver la forme et le moral. Allez hop, en selle !